Faut-il abandonner le gluten ? Le décryptage

Par  |  0 commentaire

La liste des troubles dus au gluten s’allonge et cela justifierait l’amplification des habitudes alimentaires sans gluten.

  • Le syndrome de l’intestin irritable et le gluten

Les personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable exhibent des symptômes similaires à ceux de la maladie cœliaque. Sauf que ces symptômes survivent  au régime sans gluten. Et rien ne confirme dans ce cas, les conséquences de la diète avec ou sans gluten sur le transit intestinal.

Une catégorie particulière de glucides (FODMAP) que le blé contient et seraient difficilement absorbés, donc un régime sans les glucides du blé réduirait les troubles gastro-intestinales. Toutefois, cette démonstration est remise en cause parce que les FODMAP existent dans les légumes.

  • Le gluten et l’autisme

A nouveau, le gluten est suspecté d’être sur la liste des causes d’une catégorie particulière de maladies : il s’agit des troubles  du spectre autistique (TSA). Ces derniers sont des troubles du développement humain qui se distinguent par des anomalies dans les interactions sociales et la communication, et des intérêts limités.

En raison de la rapidité inquiétante à laquelle les TSA s’amplifient, les recherches ont été dirigées vers les habitudes alimentaires comme cause des pathologies comme l’autisme, l’hyperactivité ou le déficit d’attention.

Les peptides opioïdes (des molécules issues de la digestion incomplète du gluten et de la caséine) seraient les responsables de cette prolifération des TSA. En effet les peptides accèdent à la barrière hémato-encéphalique au niveau du cerveau, grâce à la forte perméabilité intestinale que provoquent la consommation des aliments contenant le gluten et la caséine. Toutefois, cette théorie attend d’être validée car elle ne fait pas l’unanimité même si les patients autistes ont effectivement une grande perméabilité intestinale par rapport aux personnes bien portantes.

  • Le régime sans gluten : un vrai intérêt ?

De même que les chercheurs ont été longtemps réticents à la reconnaissance de la maladie cœliaque, ils démontrent aujourd’hui une résistance à l’endroit de la sensibilité au gluten. Certains pensent qu’à la longue la sensibilité au gluten sera acceptée dès que ses mécanismes, ses facteurs de risque, diagnostic et prévalence seront expliqués.

Toutefois, dans l’espoir d’un dénouement clair sur la sensibilité au gluten et ses paramètres, la mode des régimes sans gluten fait du chemin. Et la grande interrogation est la suivante : doit-on s’inquiéter à propos de la santé de ceux qui adoptent ce régime ? Jusque-là on estime qu’ils vont bien, seulement le niveau élevé de l’indice glycémique des produits sans gluten, rend difficile l’équilibre nutritionnelle des produits. En particulier l’absence du gluten dérange la digestion de l’amidon.  Les producteurs des aliments sans gluten ont réussi à trouver les moyens de proposer  des articles à faible IG. Les recherches pour des améliorations continuent.

L’intérêt du régime sans gluten pour les malades cœliaque  n’est plus à démontré dans la mesure où ces patients ont besoin d’un strict régime sans gluten toute la vie. La petite présence de gluten étant dangereuse pour leur santé. Mais la question reste posée : les produits sans gluten le sont-ils vraiment ?!

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *